Les débuts de la radio, les postes avant 1930

      Les premiers postes fonctionnaient avec un détecteur à galène. Le cristal de galène est un sulfure de plomb que l'on trouve à l'état naturel et qui présente des propriétés semiconductrices. Ces postes rudimentaires mettent à profit cette propriété qui permet d'extraire la modulation du signal de l'onde porteuse (détection). Très populaires dans les années 20, ils fonctionnent sans énergie, excepté celle captée par l'antenne.

Apparurent ensuite les postes récepteurs à tubes électroniques (lampes) issues de l'invention de la triode audion de Lee de Forest. Jusqu'en 1928, ces derniers étaient à réaction ou à amplification directe.

Puis au seuil des années 30, la technique du changement de fréquence, inventée par Lucien Lévy fut progressivement adoptée, en raison de l'accroissement des performances qu'elle apportait.

 Les postes à galène connurent un regain de popularité durant la Deuxième Guerre Mondiale.

  

 

Philips 2514 (~1928)

Philips 2514 (~1928)

200 à 2000 m. 4 tubes, alimentation 127 VAC.

Poste sans marque (~1927)

Poste sans marque (~1927)

Coffret ébonite marbrée rouge.

Poste sans marque (~1928)

Poste sans marque (~1928)

superhétérodyne 6 tubes, accord et syntonisation séparés.

Poste marbré sans marque (~1929)

Poste marbré sans marque (~1929)

Superhétrodyne 6 tubes batteries, commandes séparées.

Poste quatre lampes sans marque (~1926)

Poste quatre lampes sans marque (~1926)

4 tubes à réaction avec couplage variable.