Le récepteur METOX REC8543

                      LE RECEPTEUR DE TRAFIC

                          METOX  REC8543

 

Par Daniel Maignan/F6HMT

J’ai fait l’acquisition de ce récepteur de trafic METOX pour un prix relativement raisonnable sur un site d’enchères bien connu. Il semble que cet appareil soit rare aujourd’hui, car mes recherches de renseignements et de documentation le concernant se sont avérées totalement infructueuses. 
Pourtant, vers 1955-60, les magasins de surplus radio en avaient des quantités en stock ; la figure 1 représente d’ailleurs une publicité de l’époque où l’on voit le dessin du récepteur.

La société METOX, dont certains d’entre-nous se souviennent de leurs fameux mandrins, a une histoire peu banale.
A la pointe de la technique, elle fabriquait en 1930 l’un des tout premiers récepteurs VHF, le R203 utilisé ensuite par la marine de guerre allemande. Puis elle développa le récepteur de détection R600A. Celui-ci pouvait détecter la plupart radars aéroportés britanniques sur 1,5 mètre (200 MHz) utilisés par la RAF pour attaquer les sous marins U boats. Son installation à bord des submersibles débuta en 1942 sous le nom de FuMB 1 (for Funkmessbeobachtungsgerät).


           Figure 53

                                            Figure 1 - Publicité surplus des années 70

Mais revenons à notre sujet.
La date de sortie de ce récepteur superhétérodyne REC8543 doit se situer à cette époque, en 1943, pendant l’occupation, si l’on se base sur la fin de sa référence chiffrée.
L’une des raisons qui pourrait expliquer la rareté de cet appareil est le peu d’intérêt qu’il suscita après-guerre en raison de la relative faiblesse de ses performances et de la mauvaise qualité des composants utilisés, peut-être due à la pénurie durant l’époque de sa fabrication, voire même au comportement de la société pendant l’occupation…

J’ai consacré beaucoup de temps à sa remise en fonctionnement. Sans parler des mauvais contacts dans le bloc d’accord et dans le commutateur de gammes, une succession de pannes intempestives n’autorisait que de brèves périodes de fonctionnement. J’ai dû changer à la longue 100% des condensateurs au papier qui ont claqué les uns après les autres, un taux de pannes jamais expérimenté auparavant !

Je l’ai ensuite totalement réaligné (bloc d’accord et transfos MF) et depuis je le mets sous tension quotidiennement et il semble être guéri de ses maux, bien que présentant encore des mauvais contacts.
L’affichage des fréquences et longueurs d’onde se trouve sur un support en papier épais monté sur un cylindre en bois dont la rotation est entraînée par le commutateur de gammes.
Ce papier épais était jauni par le temps et comportait des auréoles qui témoignaient d’un stockage de l’appareil dans un endroit particulièrement humide.
J’ai démonté la fenêtre de la face avant et la mécanique pour extraire ce cylindre et en détacher le papier que j’ai ensuite scanné.
A l’aide du logiciel Paintshop Pro, j’ai nettoyé le fond en ne conservant que les échelles, puis ai remis le tout au propre (figure 2).

                                                                           

Figure 58

                                                     Figure 2 -Echelles du cadran

 


Les câbles d’entraînement du tambour cylindrique et de l’aiguille étaient évidemment cassés. Je les ai remplacés, non sans mal, surtout pour celui du tambour, par du bas de ligne en acier de 10 kg pour la pêche aux carnassiers, câble très robuste que je recommande du reste pour ce type de dépannage.
Sur le panneau avant, le précédent propriétaire avait rajouté deux réglages et un appareil de mesure du niveau HF (Smètre). J’ai conservé ce dernier, mais rebouché les deux trous avec de l’araldite.

La face avant en aluminium était encrassée et présentait aussi des traces d’usage et des rayures. J’ai bien aplani par ponçage la colle à l’endroit des trous, puis nettoyé toute la surface avec de l’eau savonneuse.
En pratiquant des essais de mélange de peinture dans un coin dissimulé, je n’ai pas eu trop de mal à retrouver la nuance gris vert de la face avant. J’ai pu ensuite retoucher les rayures et recouvrir les trous encollés avec un petit pinceau.
En ayant pris soin d’ôter les vis de serrage en acier, j’ai fait tremper les boutons pendant une journée dans de l’eau de lessive, puis les ai nettoyés avec une brosse à dents.  

           Figure 3 face av                                                                             
                                                   
Figure 3 - Face avant du récepteur

L’entrée est précédée d’un présélecteur équipé de deux tubes et trois circuits accordés. Le condensateur variable comporte donc quatre cages, dont une pour l’oscillateur local. Celui-ci est conçu à partir de deux condensateurs variables à deux cages couplés mécaniquement.
Il y a un seul changement de fréquence, avec une moyenne fréquence sur 470 KHz qui comporte deux étages amplificateurs. On remarque sur les gammes inférieures que la sélectivité est bonne, mais que la réjection de la fréquence image est assez médiocre sur les bandes supérieures.
Chaque étage du bloc d’accord est enfichable et maintenu sur le dessus du blindage par deux vis. Pour le démonter, il suffit d’ôter ces deux vis et tirer le sabre des galettes du commutateur. Ce système, bien que nettoyé, est encore à l’origine de mauvais contacts. 

Les cinq gammes d’ondes sont les suivantes :

1) 12,5 à 31 MHz
2) 5,7 à 13,6 MHz
3) 2,5 à 5,9 MHz
4) 1,2 à 3 MHz
5) 165 à 420 KHz

Les tubes sont les suivants :

HF1 :                     6M7
HF2 :                     6M7
Osc local + cht :    6E8
FI1 470 KHz:        6M7
FI2 470 KHz :       6M7
BFO :                    6C5
Dét + préamp BF :6Q7
Ampli BF :            6V6
Ind. Accord :         EM4

                                                                Figure 4 dessus       

                                                                                           
                                                               Figure 4 - Vue de l'intérieur

On dispose des commandes suivantes sur la face avant:

- commande d’accord et cadran à deux vitesses de marque Wireless avec aiguille sur cadran circulaire.
- commandes de gain HF et MF couplées sur le même axe. En tournant le bouton dans le sens des aiguilles d’une montre, on augmente tout d’abord le gain HF, puis le gain MF. Les commandes sont des potentiomètres bobinés situés dans les circuits de cathodes.

- commutateur de gammes.

-1er commutateur vertical à quatre positions pour l’AVC et le BFO : 

                                                                          Mod
                                         Avec AVC:
                                                                   Entret

                                                                   Entret
                                         Sans AVC:
                                                                    Mod


-2ème commutateur vertical  à quatre positions pour la bande passante et l’écrêteur:

                                                    Large
                                               MF            Sans écrêt.
                                               Etroite 

                                               Etroite
                                               MF            Avec écrêt.
                                               Large 

- 2 sortie BF sur jack : 2 ohms et 1500 ohms.


                                                       Figure 5 dessous                

           
                                                        Figure 5 - 
Vue de dessous

J’ai dû construire une alimentation, car il n’y a pas d’alimentation interne et puisqu’il y avait un voltmètre, j’ai fait en sorte que celui-ci fonctionne correctement par l’adjonction du circuit représenté sur la figure 6 .

Figure 6 smetre

                                                            figure 6 - Schéma du Smètre


A noter que ce montage dont le fonctionnement est exemplaire, constitue en fait la base d’un voltmètre électronique à tube.
La sensibilité due au présélecteur est intéressante sur les deux premières gammes et encore très bonne sur la troisième gamme. Mais on a du mal à lire un signal inférieur à 2 µV en ondes entretenues pures avec le BFO sur les deux gammes supérieures, et je ne parle pas du rapport signal sur bruit.

Pour résumer, je suis satisfait d’avoir restauré ce récepteur, beaucoup plus pour sa valeur historique que pour ses performances radioélectriques.
Je serais bien sûr ravi si certains de nos lecteurs possédaient des informations sur ce poste ou sur la société METOX.

Bonne lecture

Daniel Maignan/F6HMT 

                                                                          
 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire